✨Livraison offerte dès 50€ d'achat en France métropolitaine✨

LE MICROBIOTE CUTANÉ

LE MICROBIOTE CUTANÉ

Le microbiote cutané, c’est l’ensemble des micro-organismes vivants sur la peau. Il est composé de milliards de bactéries, de virus, de champignons et de parasites invisibles à l’œil nu, qui vivent en parfaite harmonie !

Aussi appelé flore cutanée, le microbiote cutané forme une barrière de protection essentielle pour préserver la peau des agressions quotidiennes et prévenir le vieillissement cutané.

Au sein même de l’organisme, nous avons plus de micro-organismes que de gènes et de chromosomes. Véritable écosystème à part entière, le microbiote cutané est indispensable pour protéger la peau et l’organisme des agressions extérieures et des mauvaises bactéries.

 

L’origine du microbiote 

Les micro-organismes qui forment le microbiote cutané se développent dès la

Bébé qui tient le doigts de sa maman

naissance :

  • Lors d’une naissance par voie basse, le microbiote cutané se constitue à partir du microbiote vaginal de la mère.
  • Lors d’un accouchement par voie haute, ce sont les échanges cutanés entre la mère et le nouveau-né qui influenceront son microbiote.
  • Le microbiote cutané évolue et se diversifie très peu au cours de la vie. Cependant, certains changements physiologiques altèrent l’environnement de la peau affectant l’équilibre microbien. C’est le cas lors de la puberté et de la grossesse.
  • La température, le niveau d’hydratation de la peau ainsi que la composition du film hydrolipidique peuvent également avoir un impact sur la diversification du microbiote cutané.

 

 

 

La répartition du microbiote cutané sur les zones du corps 

Sur la peau, il existe 3 microenvironnements cutanés : les zones grasses (le visage, le haut du torse et le dos), les zones humides (les aisselles, le pli du coude et du genou) et les zones sèches (l’avant-bras et la paume des mains).

Chacune de ces zones abrite un microbiote spécifique et adapté à son environnement. Il existe aussi des variations dues à la profondeur et à la couche de la peau.

En d’autres termes, plus on pénètre profondément dans le derme moins on trouve de micro-organismes. De plus, bien que le microbiote cutané soit unique à chacun, les micro-organismes présents en profondeur se ressemblent d’une personne à une autre.

 

 

Quel est le lien entre microbiote cutané et santé de la peau ?

 

Le microbiote, qu’il soit cutané, intestinal ou vaginal est propre à chaque individu.

Il varie de manière quantitative et qualitative d’une personne à l’autre.

Les micro-organismes présents sur la peau sont comme une barrière de protection. Ils se regroupent à la surface de l’épiderme pour protéger la peau et l’organisme des agressions extérieures et de l’invasion d’agents pathogènes.

 

 

Qu’est-ce qu’un agent pathogène ? 

 

Par définition, un agent pathogène est « un organisme susceptible de provoquer une maladie ». À l’inverse d’une bonne bactérie, un agent pathogène endommage les organes, sécrète des toxines et se multiplie dans les cellules provoquant ainsi des inflammations.

 

 

Le rôle du microbiote cutané dans la protection de la peau et de l’organisme

 

Les agents pathogènes pénètrent généralement dans l’organisme via l’épiderme. C’est là que le microbiote cutané entre en jeu en formant une triple barrière de protection.

  • Il protège les organes internes de l’environnement extérieur. Les cellules de l’épiderme peuvent synthétiser des toxines antibactériennes.
  • Grâce à l’acidité de son PH (compris en 4,7 et 7), la peau est un milieu hostile pour de nombreux micro-organismes. En effet la peau est naturellement riche en sel et en molécules acides, ce qui est peu propice à la prolifération de certaines bactéries.
  • Enfin, grâce à des cellules défensives, le microbiote cutané empêche la propagation des agents pathogènes et apaise les inflammations.

Le microbiote cutané est donc essentiel pour protéger la peau et l’organisme. Il se renouvelle continuellement, il est donc important d’en prendre soin afin qu’il puisse exercer au mieux sa fonction de barrière protectrice.

 

 

Quels sont les risques d’un déséquilibre du microbiote cutané ?

 

Peau acnéiqueComme évoqué précédemment, la composition du microbiote cutané est 

spécifique à chaque individu. Sa composition dépend principalement du sexe, de l’âge, de l’état du système immunitaire ainsi que du cadre de vie de chacun.

De nombreux facteurs tels que le stress, la pollution, la prise de médicaments, une mauvaise alimentation et/ou des problèmes d’hygiène peuvent bouleverser l’équilibre du microbiote.

 

 

Comment ?

  • Des bactéries qui avaient jusqu’alors des effets bénéfiques sur l’organisme, se retournent contre lui et deviennent des agents pathogènes.
  • Des problèmes de peau peuvent survenir : c’est ce que l’on appelle la dysbiose.

 

La dysbiose

La dysbiose est le résultat d’un déséquilibre important du microbiote cutané. Elle est associée à divers troubles pathologiques cutanés et est à l’origine de plusieurs maladies de peau comme l’acné, le psoriasis, la dermatite atopique et l’hidradénite suppurée.

 

 

Prendre soin de son microbiote cutané au quotidien

 

Tous les jours la peau est exposée à des agressions extérieures : variation de températures, rayons du soleil, produits cosmétiques conventionnels aux ingrédients délétères.

Afin de limiter les effets néfastes de ces agressions sur l’état et la résistance du microbiote cutané, il est essentiel d’utiliser les bons produits.

Par exemple il est conseillé d’utiliser des savons au pH faible. Certaines bactéries prolifèrent plus facilement à un pH supérieur à 7. C’est le cas de la bactérie Staphylococcus Aureus, responsable de la dermatite atopique. De plus un pH trop élevé agresse le film hydrolipidique et entraîne une sensation tiraillement.

En ce qui concerne les crèmes, les déodorants et autres produits cosmétiques et d’hygiène, privilégiez les produits naturels. Dites au revoir aux ingrédients chimiques et nocifs pour la santé qui ont des répercussions directes sur la composition du microbiote cutané.

Enfin, il est préférable de ne pas se laver plus d’une fois par jour et de bien sécher les zones à plis (coude, genou) qui peuvent retenir l’humidité. Pensez également à bien vous hydrater !

 

 

Et l’environnement dans tout ça ?

 

Saviez-vous que vivre en ville ou la campagne n’aura pas la même incidence sur la diversité du microbiote cutané ? Eh bien si. Ce dernierest beaucoup plus diversifié chez des personnes qui habitent en zone rurale !

Une exposition importante à une quantité très variée de micro-organismes permet de renforcer l’immunité cutanée. Le microbiote cutané est alors plus résistant et permet de mieux prévenir les maladies de peau et les risques d’allergies sont diminués.

 

 

Quels gestes adopter ?

 

Pour préserver le microbiote cutané, nul de besoin de faire compliquer. Voici des gestes simples et efficaces :

  1. Éviter de se toucher le visage.
  2. Se protéger des rayons UV et UVA qui traversent l’épiderme et causent des dégâts irréparables dans le derme. Le soin visage GO FOR PROTECTION, composé d’actifs issus des biotechnologies protège la peau de la pollution, des UVA et de la lumière bleue.
  3. Conserver l’acidité naturelle de la peau grâce à des produits cosmétiques au pH neutre et/ou faible) qui la protègent des bactéries néfastes et permettent de maintenir sa barrière protectrice naturelle. Tous nos produits ont un pH compris entre 4 et 4,5.

 

 La prise de probiotiques et de prébiotiques en prévention ou lors d’un déséquilibre du microbiote

 

Un probiotique est un micro-organisme capable de rééquilibrer un écosystème.

Duo de compléments alimentaires Par conséquent, il exerce un effet positif sur la santé.

Voyez-le un peu comme un concentré de bonnes bactéries qui permet à un écosystème bactérien bénéfique pour la peau de se développer. L’utilisation de certains probiotiques est efficace pour traiter des maladies inflammatoires de la peau.

Un prébiotique est quant à lui un ingrédient qui stimule, de manière sélective, la croissance ou l’activité de certaines bactéries. Ils n’agissent pas de la même façon sur toutes les bactéries.


De la même année